Un mot de l’artiste …

04 novembre - 05 novembre

Un mot de l’artiste …

[wonderplugin_audio id="2"]

Corps de Livres : vêtus de mots

Sculpture lumière

Quand l’imaginaire se fait lyrique, fantaisiste ou surprenant, c’est qu’on a allumé l’étrange lumière…

Les objets lumineux ont sur moi un grand pouvoir de fascination… Guidée par ma sensibilité intuitive, je cherche avant tout à créer des espaces poétiques. J’en suis arrivée à utiliser la lumière comme véritable matière de création J’entretiens aussi un rapport avec le livre, la lecture et les mots. À partir de page de livres rejetés et destinés à être détruits, je crée des vêtements-lanternes grandeur nature, illuminés, de l’intérieur. Choisies pour leur transparence, les pages sont ciselées de mille détails, de reliures et de tabliers de dactylographes. Dans une logique de récupération et de « seconde-vie », j’explore des techniques de plissage et de transparence sur d’innombrables pages de livres autrement voués à l’oubli. Travaillant le plus souvent du détail vers l’ensemble, je cherche à rendre plausible la lumière en résidence. Une lumière révélatrice de formes, de couleurs, de textures et pourquoi pas de mots, pour peur que je lui prête une peau à habiter. .. C’est dans cette optique que j’ai commencé à créer des lanternes de papier. Fruit d’un travail de minutie  sur la matière, chaque lanterne est une pièce unique personnalisée, possédant sa propre ambiance, sa propre vie. Ma formation en gravure est mise à contribution en s’inscrivant dans le vêtement de papier à coups d’incisions, y tatouant de minuscules alphabets de lumière. Il s’agit alors de réfléchir aux multiples façons d’inventer une relation lumière-vêtement cohérente, d’en arriver à scénariser les corps de lumière inter reliés par la densité des ombres. Je façonne la lumière afin que l’éclairage devienne un élément d’enivrement onirique. Cela engendre parfois un personnage d’une curiosité saisissante … La lumière habitant le corps autrement éteint du vêtement, retrouve une puissance métaphorique à peine suggéré dans les lanternes. Les légendes qui accompagnaient ces dernières peuvent désormais s’inscrire à même le corps de l’objet, dans la pose, le geste suspendu, les voies d’échappement de la lumière.

Geneviève Oligny

Pour accéder au site de l'artiste cliquez ici,  

   

Retour